En matière de connaissance de la forêt et de son évolution, les différents territoires de la Grande Région exploitent des données issues d’inventaires de terrain nationaux et/ou régionaux. Tous ces inventaires sont des outils très précieux. Néanmoins, ils mobilisent beaucoup de temps et d’énergie et se caractérisent par des cycles de mise à jour très longs (généralement 10 ans).

Complémentairement aux inventaires forestiers de terrain qui s’appuient sur des unités de sondage distribuées de manière systémique et à intervalle régulier, la télédétection permet d’acquérir des informations spectrales en 3D couvrant une grande superficie de façon régulière. Dans le cadre du projet, plusieurs partenaires travaillent à la création d’un outil de monitoring. Pour cela, les données extraites d’images satellites, d’images aériennes et de couvertures LiDAR sont combinées pour décrire la forêt sous un nouvel angle. Cet outil, régulièrement mis à jour et corrélé avec les inventaires de terrain, permettra de donner un supplément de réactivité à ces derniers.

L’ambition des partenaires est d’élaborer un instrument très flexible, ouvert aux évolutions technologiques et méthodologiques, et capable de fournir de façon récurrente, des informations actualisées sur la forêt. Pour cela, l’outil de monitoring mettra à contribution des données jusque-là trop peu exploitées, et pourtant très riches en informations sur nos forêts (typologie des peuplements, quantification de la matière ligneuse, identification des essences, …).

Partenaires impliqués : Ressources Naturelles Développement (RND), Université de Liège (ULg)-Gembloux Agro-Bio Tech, Université de Strasbourg (Unistra), Université de Trèves, Landesforsten Rheinland-Pfalz.

 

Résultats attendus :

  • La réalisation d’un outil de monitoring de la forêt en Grande Région sous format informatique
  • Création d’un Living Lab dédié à la forêt
  • Une cartographie et une mesure actualisées du couvert forestier sur les 2.375.000 ha que compte la forêt en Grande Région, avec identification des coupes rases, des zones « statiques », et distinction entre essences feuillues et résineuses
  • Test sur zones pilotes pour une description plus fine de la ressource ligneuse (volumes, identification des essences, structure des peuplements)

Suivez-nous sur Facebook

Facebook

Back to top